Historique du Reiki


Mikao USUI fondateur et Père du Reiki actuel
Mikao USUI

 

Mikao USUI fondateur et père du Reiki actuel est né le 15 août 1865.

Dés sa prime jeunesse il commence à s'intéresser à l’utilisation des énergies d’une façon générale et à la spiritualité que cela induit.

Vers l'age de 8 ans environ, il commence à pratiquer le Kiko qui est la version japonaise du Qi Gong.  Il acquiert alors progressivement de très bonnes capacités énergétiques et commence à découvrir qu'il peut déjà traiter d'autres personnes.

Malgré ces découvertes il s'aperçoit rapidement qu'en donnant sa propre énergie, il fini par s'épuiser. Il abandonne donc le Kiko en tant que pratique thérapeutique.

 

Suite à cette expérience, Mikao Usui, qui avait reçu l'éducation religieuse de base de l'époque (shintoïsme et  bouddhisme), continue inlassablement à se poser des questionnements d'ordre spirituel en approfondissant toujours et encore ses recherches.

 

 Le temps passe et Mikao Usui termine ses études, se marie et a deux enfants. II travaille dans différents domaines mais son activité principale est toujours ciblée vers l’intérieur, pour grandir intérieurement.

A l'approche de l'age de soixante ans, et malgré une quête spirituelle incessante, il n'a toujours pas trouvé la sérénité, des réponses manquent encore à ces nombreuses interrogations.

Il reste bien sur conscient qu'aussi longtemps que nous serons sur cette terre, nous demeurerons toujours dans l'apprentissage.

 

Il décide alors de faire pour la troisième fois de sa vie une méditation bouddhiste, en choisissant comme lieu la petite montagne Kurama, au Nord de Kyoto, haut lieu spirituel et énergétique, endroit très connu au Japon représentant un véritable lieu de pèlerinage pour des dizaines de milliers de personnes tous les ans.

Au cours de cette expérience de trois semaines, Mikao Usui vit un moment hors du commun, un Satori ou « illumination ».

 

En rentrant chez lui, il sent de nouvelles sensations, une nouvelle énergie parcours son corps, passe par ses mains.

Ayant pratiqué les arts martiaux, Mikao Usui connait très bien le "Ki" ou "Chi" pour les chinois, cette énergie représentant notre propre force interne en lien avec l'univers, mais ce qu'il ressent est très différent et il ne peut lui imposer quelconque volonté.

 

II commence à appliquer ses mains sur son propre corps, expérimente encore et encore et il se rend compte très rapidement que cela lui fait du bien et qu’il se sent de mieux en mieux. II pratique sur les membres de sa famille, sur d'autre personnes, et cela leur est très bénéfique.  II se rend compte que malgré le fait qu’il n’a jamais étudié cette énergie, qu’il ne la comprend pas et qu’il ne la maîtrise pas, ses effets sont hautement profitables pour tous.

 

Il définit alors ceci comme « l'énergie universelle de vie qui a une conscience propre » et donne le nom d'Usui Teate à cette pratique (Méthode Usui de la main), le nom "Reiki" qui existait déjà en japonais viendra naturellement par la suite.

 

Très rapidement, il fonde une organisation qu’il appelle « Usui Reiki Ryoho Gakkaî ». II y donne beaucoup de traitements et beaucoup d’initiations.

A sa mort en 1926, il a initié plus de 2 000 personnes. Parmi ces personnes, près de 70 ont fait le deuxième degré et parmi ces 70 personnes, 19 ont passé la Maîtrise.

Hawayo Takata, Chujiro Hayashi, historique du Reiki

Parmi les 19 élèves arrivés au niveau de la Maîtrise, il y avait un monsieur qui s’appelait Chujiro Hayashi, médecin, officier dans la Marine Impériale.

II vient voir Mikao Usui en 1925 quand le Reiki devient très à la mode parmi les officiers de marine.

Chujiro Hayashi arrive rapidement au niveau de Maîtrise (Shinpiden en Japonais) et, après la mort de Mikao Usui, il reste dans l’organisation jusqu’en 1931, date à laquelle il décide de partir et de fonder sa propre école qu’il appelle "Hayashi Reiki Kenkyukai" (Le Centre Hayashi de Recherche Reiki).

 

Dans ce Centre de Reiki, aidé par ses élèves, il dispense beaucoup de traitements à des personnes non initiées. II connaît un très grand succès et de plus en plus de gens viennent vers lui.

 

En 1935, arrive à cette clinique une dame appelée Hawayo Takata. Ses parents étaient Japonais, mais elle même est née à Hawaï. Elle est très malade, son médecin, d'après les dires de Madame Takata elle même,  lui trouve des calculs biliaires, un début d’appendicite et surtout une tumeur dans le ventre.

 

Le médecin commence à la préparer pour l’opération mais l’Univers intervient et Mme Takata entend une voix qui lui dit : « L’opération n’est pas nécessaire ! ».

Mme Takata, n’étant pas une femme mystique, ne croit absolument pas à ce qu'elle pense avoir entendu, c'est alors qu'elle entend cette voix une deuxième fois puis une troisième fois, de manière de plus en plus nette et de plus en plus claire.

 

Elle prend alors « la voix » au sérieux et demande à son médecin s’il a connaissance d'une autre façon de guérir.

A sa grande surprise, le médecin lui parle d’une méthode différente, énergétique et l’envoie vers Chujiro Hayashi.

Elle décide donc de venir découvrir la clinique de Chujiro Hayashi où elle reçoit du Reiki pendant quarante jours de la part de deux personnes simultanément. Quand, au bout de quarante jours, elle retourne voir son médecin, elle n’a plus rien.

 

Très impressionnée, elle retourne au Centre de Chujiro Hayashi en demandant à apprendre cette technique. Elle commence alors l’apprentissage du premier degré. Pendant l’année qui suit, elle travaille dans la clinique de Chujiro Hayashi en pratiquant des soins Reiki.

Au bout d’un an, elle reçoit son deuxième degré et décide de rentrer chez elle à Hawaï où elle ouvre son propre cabinet.

 

Elle invite Chujiro Hayashi à venir à Hawaï en 1938 pour pratiquer des initiations. II arrive en février et, par la même occasion, il donne l’initiation à la maîtrise à Mme Takata qui devient ainsi Maître Reiki.

 

La guerre 39-45 commence, Mme Takata est à Hawaï et elle a très peur. Bien qu’elle soit née à Hawaï, Mme Takata est d’origine japonaise.  Elle sent le besoin d’être très discrète, enlève l’enseigne de sa porte et la cache au fond de la cave.

 

Vers les années cinquante, Mme Takata commence à redonner des traitements et des initiations en pratiquant de plus en plus ouvertement.

 

Les années passent et au début des années 1970, Madame Takata s'interroge :
"Je suis toujours le seul Maître de Reiki dans le monde. J’ai déjà plus de 70 ans et bien que je sois en pleine forme, je ne vais pas vivre éternellement ".

 

Étant donné que Chujiro Hayashi n’était plus de ce monde et sans  connaissance d'autres personnes pratiquant le Reiki au Japon, elle pensait que tous les enseignants avaient disparu durant la guerre.

Sentant une grande responsabilité peser sur ses épaules, elle commence à proposer la Maîtrise jusqu’en 1980, date à laquelle elle décède en ayant initié 22 Maîtres de Reiki.

 

A ce jour, et malgré leurs différences, ces 22 personnes ont fait un excellent travail puisque nous comptons actuellement dans le monde, plusieurs centaines de milliers de Maitres-enseignants ainsi que quelques millions de praticiens.

 

 

Je rends un hommage sincère à toutes ses personnes qui ont su démocratiser le Reiki dans le monde, tout en conservant les vrais valeurs de cette belle pratique.